Jack Womack La porte des mondes

Terraplane (Terraplane, 1988)
Traduit par Jean Bonnefoy
DenoŽl Présence du Futur n° 523 (1991)
346 pages     2-207-30523-6
Uchronie. Date de la divergence :  1870
Terraplane
L'Elvissée
Quatrième de couverture :

Fin de siècle dans une Russie parallèle gaiement post-stalinienne. Deux agents américains, aidés de leur contact soviétique, sont chargés d'extraire" un scientifique dissident qui aurait inventé une machine temporelle. Projetés malgré eux dans le New York de 1939, ils y découvrent une Amérique où sévit une peste incurable, où l'esclavage n'a été aboli qu'en 1907, où Churchill et Franklin Roosevelt sont déjà morts, Staline introuvable, mais Hitler bien vivant et prêt à conquérir la planète.
Comment regagner son univers quand le chemin qui y mène dépend de l'incertaine conjonction de l'Expo universelle, du blues de Robert Johnson (qui fournit ici la bande-son), et des théories avant-gardistes du physicien Nikola Tesla? Pour les naufragés du temps commence une fantastique odyssée placée sous le signe de la mythique Terraplane...

Jack Womack, enfant du Kentucky résidant à New York, a réussi l'exploit en seulement deux romans, dont celui-ci, d'être reconnu par Bruce Sterling et William Gibson comme l'un des meilleurs représentants de la mouvance cyberpunk. Quant à la critique américaine, elle a salué en lui un digne successeur du Dick de Blade Runner et de l'Anthony Burgess d'Orange mécanique....

 

© La Porte des Mondes et Icarus
Toutes les critiques sont copyright © 1999 par leurs auteurs.

 Dernière mise à jour de cette page :