David Gerrold La porte des mondes

L'homme éclaté (The man who folded himself, 1973)
Traduit par Guy Abadia
Casterman (1978)
188 pages     2-203-22710-9
Uchronie. Date de la divergence :  
Quatrième de couverture 

Vous prenez le plus vieux, le plus usé des gadgets utilisée en science-fiction: la machine à voyager dans le temps. Et vous décidez d'en tirer l'histoire de voyage dans le temps à enfoncer toutes les autres histoires de voyage dans le temps! C'est ce que fait ici David Gerrold, une des nouvelles vedettes de la jeune SF américaine. Son héros, Danny, se déplace d'un bout à l'autre de la ligne temporel, évoluant de son "présent" vers le passé ou vers l'avenir. Il découvre qu'il crée ainsi autant d'autres versions de lui-même qu'il accomplit de sauts dans le temps. Et il se met à vivre dans un univers peuplé de la multitude de ses doubles, qui tous comme lui voyagent dans le temps et ne cesse de se rencontrer, de le rencontrer. Danny finit par se multipliera l'infini, car il engendre des mondes parallèles en nombre illimité, à mesure qu'il se rencontre lui-même dans le temps. Et dans tous ces mondes parallèles, il y a d'autres Danny, certain d'entre eux s'avérant des êtres imprévisibles... Un roman à la fois fascinant et ironique, qui sera un régal pour les connaisseurs!

David Gerrold est né à Chicago en 1944 et réside en Californie. Il a été acteur et metteur en scène de théâtre. Ses débuts d'auteur de science-fiction datent de 1967. Il a écrit une demi-douzaine de romans dont le remarquable When Harlie was home, histoire d'un ordinateur qui se croit humain. il a également été l'un des scénaristes de la série télévisée Star Trek, fameuse aux États-Unis. Il est enfin responsable des anthologies Protostars, Générations, Alternities, SF Emphasis, qui toutes réunissaient des textes inédits d'auteurs oeuvrant dans la veine moderne. On a pu lire quelques nouvelles de David Gerrold dans les anthologies Casterman: Histoire d'amours en trois actes (dans Espaces Inhabitables, tome 1) Toutes les chambres étaient vides ( dans Cauchemars au ralenti), La Dérègle du je (dans Après nous le délire).

 

© La Porte des Mondes et Icarus
Toutes les critiques sont copyright © 1999 par leurs auteurs.

 Dernière mise à jour de cette page :