Michael Bishop La porte des mondes

Requiem pour Philip K. Dick (Philip K. Dick is dead, alas , 1987)
Traduit par Paul Villon
1. Denoël coll. Présences (1997)
    514 pages     2-207-24551-9

2. Gallimard Coll. Folio SF n 86 (2002)

    514 pages     2-07-042235-6

Uchronie. Date de la divergence : 1968

Quatrième de couverture:

Hélas, Philip K. Dick n'est plus, 
Dieu va prendre mon pied au cul

 

Tels sont les vers qui viennent à l'esprit de Carl Pickford en ce mois de mars 1982 lorsqu'il apprend la mort de son écrivain préféré.
Mais ce Philip K. Dick qui s'est fait une réputation dans le domaine de la littérature générale avant de se lancer dans la science-fiction, se heurtant du coup au refus de tous les éditeurs, n'est pas tout à fait celui que nous connaissons.
Pas plus que cette année 1982 n'appartient à notre histoire.
Dans cette univers parallèle, les États-Unis ont remporté une victoire éclatante au Viet-Nam et installé une base sur la Lune, Nixon, que l'on surnomme volontiers Richard Ier, en est à son quatrième mandat ... et Dick, visité par un mystérieux démiurge, réapparaît sous divers avatars.
Sa mission: exorciser les démons qui habitent Nixon, supprimer cette univers pour lui en substituer un plus viable...

 

Inutile d'avoir une connaissance approfondie de la vie et de l'oeuvre du "héros" mis en scène: au delà du brillant pastiche, à la fois tendre et drôle, on se prend à savourer ici un authentique roman dickien qui serait resté inédit !

Michael Bishop, né en 1945, a publié une douzaine de romans en une vingtaine d'année de carrière et a été couronné deux fois par le prix Nebula, mais un seul d'entre eux a été jusqu'à présent publié en France, Le bassin des coeurs indigos (Lattès). Ce n'est pas lui faire justice, comme le prouve ce Requiem pour Philip K. Dick, dont la richesse d'invention est un véritable régale.

 

© La Porte des Mondes et Icarus
Toutes les critiques sont copyright © 1999 par leurs auteurs.

 Dernière mise à jour de cette page :